La scierie Piveteau monte en puissance avec le lancement de son usine de CLT

Le 16 avril 2019
Photo : Jean Piveteau, PDG, Pierre Piveteau, président du conseil de surveillance, et Philippe Piveteau, directeur général de l’entreprise.

En Vendée, l’usine de fabrication de CLT du groupe Piveteaubois a démarré son activité en septembre dernier. Ce site de production, conçu pour valoriser à terme 50.000 m3 par an de douglas, de pin et d’épicéa en panneaux lamellés-croisés, est alimenté par une unité de sciage dotée de technologies à la pointe pour analyser la qualité des bois par rayons X et optimiser le rendement matière tout au long de la chaîne de transformation.


Depuis le 1er janvier 2016, Sainte-Florence fait partie des quatre communes associées à l’origine de la création de l’agglomération d’Essarts-en-Bocage (85). Mais dans cette ville d’un peu plus de 8.800 habitants désormais, le nom de la municipalité n’est pas le seul à avoir connu du changement au cours des dernières années. Piveteaubois, entreprise spécialisée dans la transformation du bois et la fabrication de produits techniques pour la construction, l’aménagement extérieur et le bois-énergie, est en passe de franchir un nouveau cap dans son développement industriel. Difficile effectivement de manquer l’un de ses sites lorsqu’on arrive sur le territoire de cette commune de Vendée. Encore plus depuis septembre dernier, date à laquelle Piveteaubois a choisi de lancer sa nouvelle usine dédiée à la fabrication de CLT sur un site couvert d’un hectare. Une corde supplémentaire à l’arc de cette entreprise dont la gamme de produits d’ingénierie comprenait déjà nombre de références en matière de BMA, BMR et autres bois lamellés-collés. «Nous sommes le plus gros site français de transformation du bois, pas en volume, mais en chiffre d’affaires», explique Philippe Piveteau, directeur général de l’entreprise (lire par ailleurs le zoom : «Une aventure familiale depuis 70 ans»). «Il y a des sites qui sont deux à trois fois plus gros en France, mais qui font moins de chiffre d’affaires car ils ne vendent que du bois vert, alors que nous vendons 98% de bois secs, transformés, collés et traités si possible.»

Un marché en croissance

Dans le sillage des projets impulsés par l’Association pour le développement des immeubles à vivre en bois (Adivbois) et de la candidature de la filière pour bâtir les bâtiments du village olympique de Paris 2024, Piveteaubois s’est dotée d’une usine de pointe pour produire du CLT, ces panneaux de bois lamellé-croisés dont l’entreprise observe depuis plusieurs années le développement du marché en Europe. «Nous sommes bien dans le timing et l’usine a été réalisée au bon moment», explique le PDG Jean Piveteau. «Nous avions l’idée de la construire depuis une dizaine d’années mais le marché français n’était pas mature. En 2018, la consommation de CLT était de 40.000 m3 et nous avons conçu une usine d’une capacité de 50.000 m3, il y a donc forcément un délai de montée en charge. Mais déjà en 2019, la consomma- tion sera entre 60 et 70.000 m3 et le marché devrait atteindre 120.000 m3 en 2020». […] «Sur ces produits, la concurrence, ce sont les Allemands et les Autrichiens. Il faut que nous soyons au même niveau de prix. Nous avons donc conçu une usine au top du top niveau performance pour pouvoir faire face à nos concurrents.»

Une usine 100% automatique

La gamme Hexapli de Piveteaubois est composée de panneaux de 60 à 360 mm d’épaisseur, globalement disponibles de 20 en 20 (avis technique numéro 3.3/18- 958_V1). L’usine est 100% automatique et fonctionne avec une supervision gérée par quelques opérateurs de surveillance. À l’en- trée de la ligne, des dépileurs l’alimentent avec des sciages de 20, 30 et 40 mm. Ils passent ensuite sous un scanner Micro- tec à rayons X qui contrôle leur résistance mécanique. L’appareil pilote une scie de purge qui élimine les nœuds trop gros, les sciages fendus ou les bois présentant des cernes d’accroissement trop grands, par exemple. Les sciages sélectionnés alimentent ensuite une ligne d’aboutage, équipée d’une presse en continu, dont la vitesse atteint 120 mètres par minute. Les lamelles ainsi produites sont […]

Photo : Jean Piveteau, PDG, Pierre Piveteau, président du conseil de surveillance, et Philippe Piveteau, directeur général de l’entreprise.

Voir notre édition verte, Le Bois International, Scierie, exploitation forestière N°14 …