La menuiserie Dufrenne s’adapte à son environnement

Le 14 mars 2019
Nicolas Dufrenne dans son atelier de menuiserie à Montivilliers (Seine-Maritime).

À Montivilliers, en Seine-Maritime, Nicolas Dufrenne assure à la tête de la menuiserie du même nom des prestations variées pour une clientèle locale, en prenant bien soin de faire de sa flexibilité un atout dans un marché concurrentiel marqué par une conjoncture incertaine. De l’agencement à la rénovation de meubles, portait d’un entrepreneur décidé et passionné.

Boiseux il est, sera et a toujours été. S’il faut se convaincre de la passion qui habite Nicolas Dufrenne pour le métier de menuisier, il suffit de passer deux heures à discuter avec lui dans son atelier de Montivilliers, et l’écouter raconter son parcours, pour se convaincre qu’il n’a pas embrassé la carrière par défaut. Issu d’une famille d’agriculteurs et de chasseurs du Nord de la France, le virus lui vint dès le plus jeune âge puisque son père, pour sa part policier, lui sous-traitait à l’âge de 8 ans la confection des mangeoires automatiques pour ses canards en récupérant des caisses de vin au supermarché le plus proche. Décidé et opiniâtre, il parfait ensuite sa formation au contact d’un menuisier de 80 ans puis intègre la menuiserie Vautier, à Mannevillette, où il enchaînera les diplômes tout en travaillant sur le terrain : BEP d’abord, puis bac professionnel et enfin BTS. Le patron des lieux ne tarde pas à percevoir chez le jeune homme pressé, capable à 16 ans de fabriquer un escalier ou une charpente en toute autonomie, que l’ambition de celui-ci le poussera rapidement à envisager autre chose qu’un simple poste d’ouvrier dans son entreprise. Et s’en ouvre au principal concerné en toute honnêteté en 2006 : le chef d’atelier à la menuiserie n’étant pas près d’atteindre l’âge de la retraite, les perspectives pour son jeune élément se résument à continuer au poste auquel il évolue à ce moment-là, et ce pour un moment. Mais il lui confie qu’un confrère de Montivilliers, Monsieur Poret, à seulement quelques kilomètres, entend bientôt raccrocher tout en formant son successeur. Dans le même temps, le CFA offre à Nicolas Dufrenne une possibilité de reconversion pour un poste de professeur dans l’antenne locale au Havre. Il a l’embarras du choix et deux défis passionnants devant lui : devenir à terme patron de sa propre entité ou former les menuisiers de demain.
L’amour du terrain sera le plus fort : son choix se porte sur le projet de reprise de la menuiserie voisine.

Reprendre en apprenant, ou devenir chef d’entreprise

Comme convenu, on établit un projet sur plusieurs années : deux ans en tant que chef d’atelier à la menuiserie, puis deux ans à travailler main dans la main avec l’ancien dirigeant pour opérer la transmission. […]

Photo : Nicolas Dufrenne dans son atelier de menuiserie à Montivilliers en Seine-Maritime.

Lire la suite dans Le Bois International, Charpente, construction, menuiserie et meuble, notre édition rouge N°9 …