La filière présente son «Plan ambition bois-construction 2030»

Le 9 février 2021
Le «Plan ambition bois- construction 2030» témoigne de la capacité de la filière bois-construction à répondre à la hausse de l’utilisation des matériaux bois et biosourcés.

La filière bois vient de présenter son «Plan ambition bois-construction 2030» : celui-ci inclut 10 engagements pour accompagner l’entrée en vigueur de la RE 2020, en vue d’accélérer la réduction de l’empreinte carbone de la construction et de soutenir la relance avec le bâtiment durable.

Pour espérer atteindre la neutralité carbone fixée à 2050, il est aujourd’hui urgent d’accélérer le rythme de la transition écologique et de la décarbonation de l’économie. Dans cette optique, les professionnels du bois alertent sur le fait qu’un arbitrage qui consisterait à renoncer ou affaiblir l’ACV dynamique serait catastrophique. En effet, si cet ACV devenait facultative et non réglemen- taire en 2021, pour n’être ensuite qu’hypothétiquement reconsidérée en 2024, alors la France ne tiendrait pas ses engagements pris lors des Accords de Paris pour le secteur du bâtiment.

Consciente de l’enjeu historique auquel doit impérativement répondre la RE 2020, la filière bois construction se mobilise. Les acteurs de la forêt et du bois construction s’engagent ainsi auprès des élus, du Gouvernement et de leurs partenaires en lançant le «Plan ambition bois-construction 2030». Ils prennent 10 engagements concrets pour faciliter la transition du secteur du bâtiment vers la neutralité carbone, du renouvellement des arbres à la fin du cycle de vie du bois de construction, à savoir : former, la filière s’engageant à accompagner les opérateurs de la famille des bâtisseurs en lien avec les organismes de formation, et à un effort de formation continue des professionnels, de l’amont à l’aval ; développer l’emploi, en augmentant les capacités de production et en produisant de la valeur ajoutée ; mobiliser les volumes, en favorisant les investissements liés au développement des usines de première et de deuxième transformation vers des produits mixtes, combinant le bois à d’autres matériaux, afin de répondre aux exigences du marché en termes de volume ; investir en recherche et développement, avec un effort constant en la matière, allant de l’ingénierie à la conception de produits et systèmes constructifs novateurs, afin de favoriser l’essor des marchés de la construction bois et biosourcée ; développer l’offre en bois français, en favorisant la construction de logements bas-carbone avec une priorité donnée au bois français ; soutenir l’économie des territoires, en développant des acteurs industriels de référence et des capacités de transformation au cœur des territoires français ; favoriser la mixité des matériaux, soit relever le défi de l’accroissement de la mixité des matériaux auprès des entreprises de la construction, forts de tous les acquis des programmes démonstrateurs menés depuis plusieurs an- nées ; planter et replanter, en d’autres termes maintenir un effort constant afin de garantir le renouvellement de la forêt française ; réduire les coûts, en massifiant l’utilisation du bois et en investissant dans des outils de production ; recycler le bois en fin de vie, en investissant dans les usines biomasse et en optimisant l’utilisation des produits bois en fin de vie.

Le chiffre : 30 %

En conformité avec la «Stratégie nationale bas-carbone», qui prévoit un objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050, la quantité de bois employée pour les immeubles de moyenne et grande hauteur pourrait être de l’ordre de 30% d’ici 2030, cette première échéance impliquant un objectif de réduction du poids de carbone de 49%.

Lire la suite dans Le Bois International, Charpente, construction, menuiserie et meuble, notre édition rouge N°5…