Inside Action : Biesse optimise son événement en regard du contexte

Le 10 novembre 2020
Dans le cadre de l’événement dit Inside Live, plus de 40 machines, produits, services numériques étaient à découvrir.

L’événement annuel phare du spécialiste italien des machines et technologies pour le travail du bois s’est déroulé cette année du 5 au 30 octobre, à la fois sur le Campus de Pesaro et virtuellement. Une façon pour le groupe Biesse de décliner son grand rendez-vous annuel et de montrer sa résilience, confirmant sa maîtrise des outils digitaux, et affirmant par ce biais sa proximité en particulier vis-à-vis des PME.

Les showrooms de Pesaro de Biesse et Intermac n’ont pas manqué cette année non plus d’ouvrir leurs portes, dans le cadre de l’événement dit Inside Live : plus de 40 machines, produits, services numériques étaient à découvrir, dans le respect du protocole de protection de la santé et de la sécurité des clients, employés et environnements de travail. Grâce à un système de réservation dédié exclusivement à l’événement et disponible en ligne, il était offert aux clients de réserver leur visite de manière autonome, sur la base des disponibilités journalières dans le respect des mesures de sécurité.

Avec la Tech Show virtuel Inside Next, il était offert aux participants de découvrir des contenus exclusifs et des approfondissements à ne pas perdre de vue, au sein d’une formule inédite totalement numérique qui combine savoir-faire et avenir. Les 15 et 16 octobre, de nouvelles technologies pour le façonnage du bois et les matériaux avancés étaient ainsi présentés.

Du 26 au 30 octobre, il était par ailleurs possible de prendre part à une série de plus de 40 webinaires de formation et des démonstrations en live disponibles sur plateforme virtuelle sur ordinateur ou mobile et depuis n’importe quelle partie du monde et dans les différentes langues les plus répandues, dans le cadre d’Inside Play. Les experts du constructeur italien étaient à la disposition des clients pour montrer les solutions les plus innovantes : à travers un chat virtuel, les clients pouvaient poser leurs questions et faire part de leur curiosité, pour une interaction en temps réel. En outre, il leur était également possible de visualiser les webinaires.

«L’événement est totalement intégré dans la stratégie de transformation numérique mise en œuvre dans le groupe Biesse, une stratégie qui est basée sur la numérisation des usines et la création d’une nouvelle usine intelligente orientée vers tous nos clients, des petites et moyennes entreprises jusqu’aux grands groupes industriels», affirme Federico Broccoli, directeur commercial et filiales. «Nos technologies et les nouveautés qui ont été présentées pendant Inside Next, représentent l’intégration la plus complète que nous proposons aux clients, non plus des machines autonomes, mais des systèmes connectés et intégrés», ajoute-t-il.

La technique à la portée des PME

«L’année 2019 s’était très bien finie, et 2020 avait très bien commencé : fin février, nous étions en effet à presque + 50 % !», souligne Laurent Maziès, gérant de Biesse France. La filiale française du groupe poursuit sa croissance, celle-ci étant passé de 45 à 104 employés au fil des ans : «Nous allons prochainement dépasser les 110 per- sonnes», estime Laurent Maziès, précisant par ailleurs qu’un poste de planificateur du service après-vente a récemment été créé. Cela revoie à l’importance que le fournisseur de technologies accorde à ce type de problématique, ainsi qu’à l’anticipation de possibles problèmes techniques.

Telle est la vocation de la plate-forme IoT (Internet des objets) Sophia développé par Biesse, et «en passe de se généraliser», ainsi que l’estime Federico Broccoli. «Grâce aux plateformes telles que SalesForce et Sophia, l’assistance de Biesse passe de la réactivité à la proactivité, en générant en temps réel les actions nécessaires à la résolution d’éventuels problèmes. La numérisation des services est un atout stratégique pour les clients qui permet d’améliorer les performances, de réduire les coûts d’entretien des machines, en en optimisant le rendement. Pour nous, le client est au centre de toutes nos activités», souligne Stefano Calestani, directeur du service innovation.

«Dès la fin du confinement, les affaires sont reparties très vite, avec environ 3 millions d’euros d’entrée de commandes», observe Laurent Maziès, qui estime que «malgré un trou d’air d’environ un mois et demi dû au confinement, nous devrions terminer l’année dans les clous, sachant que nous avions réalisé en 2019 un chiffre d’affaires de 48 millions d’euros. Le plan de relance mis en place par le Gouvernement devrait aider à une réindustrialisation pour l’année prochaine, sachant que nous prévoyons une croissance des entrées de commandes. Un des enjeux pour nous est et va être d’installer les machines vendues dans les meilleures conditions, et c’est pourquoi nous envisageons d’embaucher, afin de renforcer la partie technique, tout en renforçant la prestation de services». «Nous portons plus que jamais une atten- tion particulière au besoin des PME et PMI», souligne le gérant de Biesse France. Il note que ces entreprises ont besoin de solution techniques leur permettant d’éliminer les «basses besognes» : «Nous avons ainsi vendu récemment neuf systèmes Windstore (magasins automatiques pour la gestion optimisée des panneaux), parfois accompagnés d’une scie à panneaux et d’un centre numérique. Nous avons par ailleurs vendu, toujours en France, deux systèmes comportant un robot de déchargement, ainsi que deux cellules Brema (permettant le façonnage du panneau en temps réel). Nous souhaitons ce faisant contribuer à reconstruire des mini-industries au sein des régions».

«La pandémie nous a permis de mieux comprendre les attentes des clients», poursuit Laurent Maziès : «Nous avons digitalisé au maximum, et allons développer des plateaux TV. Nous avons aussi, à titre d’exemple, créé un blog en partenariat avec l’Ameublement français, destiné à apporter des solutions aux agenceurs et architectes».

Photo : Dans le cadre de l’événement dit Inside Live, plus de 40 machines, produits, services numériques étaient à découvrir.

Lire la suite dans Le Bois International, Charpente, construction, menuiserie et meuble, notre édition rouge N°36…