Inquiétude des syndicats forêt-bois européens vis à vis de la nouvelle stratégie biodiversité de l’UE

Le 15 mai 2020

Alors que la stratégie en matière de biodiversité à l’horizon 2020 va pouvoir être évaluée, et la nouvelle stratégie pour la décennie à venir devoir être élaborée, l’organisation des propriétaires forestiers européens (CEPF) a co-signé le 15 avril un communiqué avec onze organisations européennes représentatives des filières forêt-bois et agriculture* pour inciter la Commission européenne à s’appuyer sur les politiques de gestion forestière durables pour préserver la biodiversité plutôt que d’aller vers des mesures restrictives.
Les objectifs de la stratégie biodiversité 2020 de l’Union européenne sont loin d’être atteints. La Commission européenne l’avait déjà constaté dans son rapport à mi-parcours de la stratégie biodiversité à l’horizon 2020. «Aucune évolution significative n’a été observée en ce qui concerne l’état de conservation des habitats et des espèces», notait -t-elle en 2015. Seul l’objectif 5, concernant la lutte contre les espèces envahissantes, était en voie de réalisation : leur vitesse de propagation avait été réduite.
Selon le CEPF, «la gestion durable des forêts, avec sa variété de pratiques adaptées aux circonstances locales, doit être considérée comme une opportunité de sauvegarder la biodiversité, en tenant compte de l’impact du changement climatique tout en garantissant que d’autres services écosystémiques multiples fournis par les forêts peuvent être fournis d’une manière équilibrée».
Les douze organisations qui interpellent la Commission estiment que la future stratégie pour la biodiversité devrait promouvoir davantage la gestion durable des forêts, dont la définition, les principes et les critères détaillés ont été convenus dans le cadre du processus forestier européen (Helsinki), qui est en constante évolution et fait déjà partie intégrante des législations nationales et des systèmes de certification volontaire.
«Des restrictions supplémentaires sont-elles le meilleur moyen de préserver les forêts?», interroge le groupe d’organisations. «Une approche dynamique de la conservation de la nature dans le cadre de la gestion durable des forêts est la clé de la réussite de la mise en œuvre de la stratégie sur la biodiversité. Elle devrait se concentrer sur des objectifs de protection bien définis qui sont basés sur des données vérifiées, plutôt que de risquer des résultats négatifs en raison de restrictions à grande échelle. L’étude d’impact, une meilleure mise en œuvre des mesures existantes sur des sites déjà désignés, des approches volontaires, une meilleure connaissance et des outils financiers efficaces, ainsi que l’implication de propriétaires et d’aménagistes forestiers motivés, sont des solutions indispensables pour atteindre les objectifs fixés.»
Les douze signataires estiment que la stratégie forestière de l’UE devrait être utilisée comme cadre principal pour coordonner toutes les politiques liées à la foresterie, y compris les aspects liés à la biodiversité, tout en tenant dûment compte du rôle prédominant des politiques et lois forestières des États membres et du principe de subsidiarité. «Nous appelons les décideurs de l’UE à développer une stratégie forestière européenne holistique, multidimensionnelle et inclusive après 2020, avec en son cœur les principes de la gestion forestière durable, qui garantira un développement efficace et équilibré des instruments de l’Union européenne liés aux forêts.» Les organisations signataires de l’appel demandent enfin que la Commission s’appuie sur les propriétaires et gestionnaires des forêts ainsi que d’autres parties prenantes concernées pour la stratégie de l’UE pour la biodiversité.

(*) Bioenergy Europe – European Organisation of Agricultural, Rural and Forestry Contractors (CEETTAR) – European Confederation of the Woodworking Industries (CEI-Bois) – Confederation of European Forest Owners (CEPF) – Confederation of European Paper Industries (CEPI) – European Farmers and European Agri-Cooperatives (Copa and Cogeca) – European Landowners’ Organization (ELO) – European Organisation of the Sawmill Industry (EOS) – European State Forest Association (EUSTAFOR) – European Federation of Forest-Owning Communities (FECOF) – European Federation of the Parquet Industry (FEP) – Forest-based Sector Technology Platform (FTP) – Union of European Foresters (UEF) – Union of Foresters of Southern Europe (USSE)

Photo : mésange bleue. Source: Michel Bartoli.