Industries européennes du travail du bois : la reprise se poursuit

Le 12 octobre 2017

Dans son rapport 2017, la Fédération européenne des panneaux (EPF) dresse un bilan chiffré des industries du bois appartenant à l’Union européenne. Il apparaît, à l’horizon 2015, que la tendance à la reprise de l’année précédente tend à globalement se confirmer.

La production totale des industries du travail du bois, en termes de valeur, a connu un pic en 2007 s’élevant à 237 milliards d’euros, avant de chuter en-dessous de 190 milliards en 2008 et 2009, consécutivement à la crise économique caractérisant cette période. Cette production, en valeur, a connu une reprise en 2010 qui s’est prolongée en 2011, avant de baisser à nouveau en 2012 et 2013, en-dessous du seuil de 200 milliards d’euros. En 2014, on a assisté à une nouvelle reprise, qui s’est poursuivie l’année suivante suivant un taux de croissance de 3,4%, pour atteindre un montant de 218 milliards d’euros.

La production des sciages a légèrement augmenté de 0,6% en 2015, tandis que la production des industries du bois stricto-sensu dans son ensemble progressait de 1,8%. Le secteur du meuble a connu une croissance plus affirmée avec une progression de 5,5%. Une croissance d’activité grâce à laquelle le secteur du meuble représente en 2015 44,6% de l’activité totale, contre 39,3% pour les autres industries de travail du bois. Une augmentation qui s’est faite au détriment de la part des industries de sciage et de rabotage.

Une production française en baisse

En matière de production, l’Allemagne consolide sa place de leader grâce à un taux de croissance modéré mais soutenu de l’ordre de 1,4%, pour un montant en valeur excédant 44 milliards d’euros en 2015. L’Italie conserve sa deuxième place, avec une augmentation de sa production de l’ordre de 3,9%, tandis que le Royaume-Uni renforce sa troisième place avec une hausse de sa production de pas moins de 16,6%. Viennent ensuite la France, la Pologne, la Suède et l’Autriche, avec pour chacun de ces pays un montant de production en termes de valeur s’élevant au-dessus de 10 milliards d’euros. On note cela étant que la production française a chuté de 6,4%, tandis que celle de la Pologne connaissait une progression de l’ordre de 7,7%. En dehors du Royaume-Uni et de la Pologne, les taux de croissance les plus importants par rapport à 2014 ont été enregistrés en Hongrie (+ 11,2%), aux Pays-Bas (+ 10,7%) en Croatie et en Estonie (7,5% chacun).

La production totale des industries du bois stricto-sensu au sein de l’Europe des 28 a poursuivi sa progression en 2015 avec un taux de 1,8%. Le montant dépassait les 120 milliards d’euros comparé aux 100 milliards d’euros de 2009, même si il demeure en-deçà du pic de 2008 qui culminait à 125 milliards d’euros.

L’industrie européenne du meuble a réalisé en 2015 une production d’une valeur totale de 97 milliards d’euros, en augmentation de 5,5%. Malgré cette progression continue, le niveau atteint reste inférieur à ceux de 2007 et 2008, qui dépassaient les 110 milliards d’euros. Quant aux deux premiers pays producteurs, l’Allemagne et l’Italie, ils excèdent en valeur les 21 milliards d’euros.

La consommation de produits à l’intérieur de la zone euro a continué une progression de 5% en 2015 par rapport à 2014, pour dépasser un montant en valeur de 217 milliards d’euros. La consommation de produits relatifs au secteur de l’ameublement a progressé de presque 8%, la consommation relative aux autres produits issus du travail progressant quant à elle de 3%, cependant que les secteurs du sciage, du rabotage et de l’imprégnation connaissaient en matière de consommation une augmentation de l’ordre de 1,9%.

Une balance commerciale globalement positive

Il apparaît que les industries européennes du travail du bois ont terminé l’année 2015 avec une balance commerciale excédentaire de 2,5 milliards d’euros, l’industrie de l’ameublement enregistrant quant à elle une baisse de sa balance de l’ordre de 2 milliards d’euros.

Concernant les produits à base de bois, les importations totales en provenance de l’extérieur de l’Europe des 28 s’élèvent en 2015 à presque 34 milliards d’euros, se traduisant par un taux de croissance de 14,9% par rapport à 2014. L’industrie de l’ameublement affiche la plus forte progressions en matière d’importations, avec + 16,2%, suivie par les autres produits à base de bois (+ 13,5%) et les importations de sciages progressant de 8,8%. La Chine et la Russie continuent d’être les plus importants fournisseurs de produits à base de bois pour l’Europe, avec des parts de marché respectives de 22% et 14%. Les Etats-Unis arrivent en troisième position avec une part de marché de 13%.

La valeur totale des exportations de produits à base de bois en provenance d’Europe en 2015 dépasse les 34 milliards d’euros, soit 4% de plus que l’année précédente. Les exportations de produits à base de bois stricto-sensu ont connu une reprise de 3,4% en 2015, reflétant une hausse des exportations parmi l’ensemble des sous-secteur concernés, et plus spécialement en ce qui concerne les secteur de l’emballage, des éléments de construction, et des autres produits à base de bois. Le secteur de l’ameublement a augmenté ses importations de 5,8%, tandis qu’en termes de valeur, la scierie, le rabotage et l’imprégnation voyaient leurs importations diminuer de l’ordre de 2%.

Le secteur de l’ameublement constitue le secteur exportant le plus hors de l’Union européenne, avec 65%, les produits du sciage représentant 15% et les autres produits représentant une part de marché de 21%. Plus en détails, les panneaux à base de bois et les éléments de construction représentent respectivement 8% et 6%.

La première destination hors zone euro, concernant les exportations des industries européennes de travail du bois, continuent d’être en premier lieu la Suisse, suivie par la Norvège et ensuite le Japon, chacun de ces trois pays représentant des parts de marché respectives de 13%, 9% et 8%.

Stéphane Jardin

Source : Rapport annuel de l’EPF – édition 2017