Grande polyvalence d’un engin forestier avec quelques adaptations techniques

Le 6 novembre 2018

En 2014, la société Moulin TP a investi dans un engin américain Timberpro TF830-B d’occasion équipé d’un grappin Rotobec de conception canadienne. Cette machine a connu quelques adaptations pour recevoir divers outils afin d’offrir une grande polyvalence sur des chantiers forestiers souvent morcelés. Cet engin plutôt original donne une impression de puissance, de robustesse et de stabilité.

Le porteur Timberpro TF830-B est à l’oeuvre dans une parcelle de chablis située sur la commune de Chenereilles, à l’est d’Yssingeaux (43). Equipé d’un grappin Rotobec, l’engin remplit progressivement son panier avec des volis cassés à mi-hauteur ou encore de cimes avec leurs branchages. Mais cette machine américaine propose une polyvalence assez remarquable ; elle peut remplacer son panier par une benne grâce à son bras ampliroll tout en variant les outils : tête d’abattage AFM 60, cisaille HBS 500 ou tout autre godet ou croquesouche en plus de son grappin Rotobec.

Grappin Rotobec de conception canadienne

Cet engin américain Timberpro TF830-B est sorti d’usine en 2009 et a travaillé sur le sol américain avant d’être revend de bois-énergie ne viennent s’encastrer dans le châssis arrière de l’engin”, explique Yvon Moulin. Une seconde adaptation concerne l’installation d’un bras ampliroll européen en lieu et place du bras équivalent de conception américaine : “Ce nouveau bras permet de manipuler aisément des bennes de 20 ou 30 m3”, précise Yvon Moulin, devenu par ailleurs président de la SAS Moulin début 2018. Le Timberpro TF830-B connut une dernière modification avec le montage d’un balancier de pelle avec vérin supplémentaire pour permettre l’installation de divers outils grâce, également, au rajout d’un système d’attache rapide Morin module 6. Avec l’apport de ces différents éléments, le poids de l’engin passe de 23,5 tonnes à 28,5 tonnes : “La largeur restant limitée aux trois mètres pour assurer un transfert d’engin en convoi exceptionnel de première catégorie”, indique l’entrepreneur. Ce dernier précise que la SAS Moulin a acquis une tête d’abattage neuve AFM 60 en 2014 et une cisaille HBS 500 en 2016 pour remplacer au besoin le grappin Rotobec de conception canadienne. Enfin, le chef d’entreprise reconnait que la configuration initiale en porteur de cet engin américain ne donnait pas la puissance suffisante pour l’utilisation de la tête d’abattage : “L’ajout récent d’un boitier multiplicateur a permis de pallier ce manque de puissance hydraulique”, concède-t-il.

Impression de puissance, de robustesse et de stabilité

Sur le chantier du jour, le Timberpro TF830-B dépose entre ses huit ranchers des troncs et cimes divers et variés en longueurs de six mètres pour satisfaire aux contraintes de transport du grumier. Au fur et à mesure de sa progression, le porteur doit organiser le chantier : ouvrir un passage en regroupant les bois à terre et déracinant les derniers volis pour permettre à un bûcheron de billonner les bois en six mètres et découper les souches à l’aide de sa tronçonneuse. Le grappin Rotobec offre un grand intérêt sur ce type de chantier grâce à ses qualités de manutention de bois et sa robustesse permettant d’arracher certains arbres encore debout. “Ce grappin s’avère moins à l’aise dans la saisie de billons en deux mètres et son encombrement relativement volumineux augmente le risque de chocs contre les ranchers”, constate Yvon Moulin. Equipé d’un moteur Cummins de 300 chevaux, le Timberpro TF830-B dégage une impression de puissance, de robustesse et de stabilité remarquables. La visibilité en cabine pourrait être améliorée mais son installation sur tourelle offre une visibilité de face en continu pour le conducteur. L’engin dispose d’une monte en huit pneumatiques Trelleborg LS-2 en 710/45-26,5 qui offre une certaine stabilité mais ne pourra pas compenser la pression au sol élevée de l’engin sur terrain humide. Yvon Moulin insiste sur la polyvalence du Timberpro TF830-B afin de s’adapter au morcellement des parcelles en évitant de transférer plusieurs machines sur un chantier de petite surface. Ainsi, un unique engin permet de réaliser plusieurs opérations bien différentes : “Un chantier près de Feyzin (69) a permis d’assurer l’abattage et le débardage mais également le traitement des souches avec un croquesouche sans oublier l’évacuation du broyat des souches grâce à une benne ampliroll”, se souvient Yvon Moulin. Sur certaines parcelles, la tête AFM 60 permet d’abattre quelques bois de qualité qui seront valorisés auprès de scieurs. Sur d’autres parcelles, le sécateur HBS 500 se contentera de récolter des bois qui seront évacués sur une plateforme dédiée par la société Moulin à la production de plaquettes forestières.

Grande polyvalence de cet engin plutôt original

Progressivement, la SAS Moulin fait le choix d’abandonner l’exploitation forestière pour acheter le bois exploité par l’entreprise Anthony Transports Services. Cette société dispose d’une cisaille Westtech CS 550 installée sur une pelle Volvo ECR 235 adaptée à la forêt avec des chenilles de bulldozer avec tuiles à simples barrettes. Dès lors, Yvon Moulin est sur le point de revendre le Timberpro TF830-B à une société du Beaujolais très intéressée par l’idée de bénéficier, à son tour, de la grande polyvalence de cet engin plutôt original.