France bois forêt prête à offrir 1.300 chênes pour la charpente de Notre-Dame

Le 16 avril 2020

Le 15 avril 2019, la cathédrale Notre-Dame de Paris subissait un important incendie qui entraînait notamment la destruction de la charpente de l’édifice, une réalisation remarquable datant des XIIe et XIIIe siècle. «Cet assemblage savant, né du savoir-faire, du génie de nos charpentiers du Moyen-Age était connu sous le nom de «La Forêt». Ils avaient en effet bâti une forêt de chênes pour supporter la couverture de la cathédrale», explique France bois forêt. Le 15 avril 2020, soit symboliquement un an jour pour jour après l’incendie, l’interprofession nationale a annoncé qu’elle était prête à offrir les 1.300 chênes nécessaires pour rebâtir la charpente de Notre-Dame. «Au regard de la place que tient la cathédrale Notre-Dame de Paris dans le cœur des Français et de l’Histoire de France, seuls les matériaux les plus nobles, et donc le bois, peuvent redonner à cet édifice son prestige et sa grandeur. La forêt métropolitaine française couvre 17 millions d’hectares, dont 4 millions d’hectares de chêne et 250 millions de m3 de bois d’œuvre sur pied. Elle peut donc fournir sans aucune difficulté les quelques 1.000 m3 nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. À titre de comparaison, pour reconstruire l’Hermione, il en avait fallu deux fois plus.» France bois forêt prône également «l’union sacrée des forestiers, des entreprises, des Compagnons du Devoir et du Tour de France, des bureaux d’études», pour permettre la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris en chêne massif. «Après avoir reçu le feu vert des responsables, les charpentiers achèveront en moins d’un an cette phase indispensable de cet immense chantier», précise l’interprofession nationale qui rappelle que, depuis un an, son groupe de coordination nationale «France Bois Notre-Dame de Paris» participe à de nombreuses séances de coordination avec les architectes en chef des monuments historiques et l’établissement public pour la restauration de la cathédrale».