FNB : la reprise d’activité s’organise dans la filière forêt-bois

Le 18 mai 2020

La reprise d’activité se poursuit dans la filière forêt-bois. D’après les derniers chiffres de l’Observatoire du chômage partiel de la Fédération nationale du bois (FNB), le niveau d’activité moyen des entreprises s’élevait à 77% du 11 au 15 mai. «La première semaine de déconfinement est positive pour la filière bois qui voit son taux d’activité reprendre», souligne le délégué général de l’organisation professionnelle Nicolas Douzain-Didier. […] «Le recours au chômage partiel baisse de trois points sur la semaine (46%). L’activité qui souffre le plus actuellement est le hêtre et les semaines passent sans changement. C’est inquiétant.» Dans le détail, la plus forte progression est à mettre à l’actif des professionnels de l’emballage industriel, qui ont vu leur volume d’activité progresser de 20 points au cours de la seconde semaine de mai (78%). Des secteurs peinant encore à remonter la pente, comme le parquet (69%) ou le liège (67%), ont aussi enregistré des variations significatives sur la période observée avec des chiffres progressant respectivement de 15 et 17 points.
Autre bonne nouvelle, l’officialisation de la prise en charge à 50% par l’assurance maladie des coûts inhérents à la mise en place des mesures sanitaires de sécurité dans les PME (masques, gel hydroalcoolique). «Une idée que la FNB avait porté auprès du Gouvernement avec force. Elle n’est aujourd’hui accessible qu’aux entreprises affiliées au régime général. Espérons qu’il en sera de même pour les entreprises affiliées à la MSA», souligne Nicolas Douzain-Didier. Avec la reprise d’activité, de nouvelles problématiques sont appelées à émerger dans les prochaines semaines. Des professionnels auraient ainsi reçu des demandes de renégociation de contrats conclus avec des enseignes de bricolage, certains grossistes, ou industriels. «La crise ne doit pas sublimer les mauvais comportements mais au contraire renforcer la solidarité et le patriotisme économique pour sauver l’économie française du naufrage», commente la FNB qui précise avoir rédigé une note contenant «quelques arguments juridiques» pour aider ses adhérents à faire exécuter leurs contrats dans ce domaine tels que conclus initialement. L’organisation professionnelle a par ailleurs également prévu de se pencher sur la question de l’assurance-crédit, notamment les outils de réassurance publique type Cap, Cap+, et devrait prochainement proposer au Gouvernement d’intégrer à ses dispositifs quelques aménagements s’inspirant des systèmes de garantie en vigueur en Allemagne.