La filière bois présentait ses innovations à Batimat

Le 23 novembre 2017

Le salon Batimat, rendez-vous incontournable des professionnels du bâtiment, des maîtres d’ouvrages aux distributeurs de matériaux en passant par les bureaux d’études, les maîtres d’œuvre, etc., s’est tenu au parc des expositions de Paris Villepinte du 6 au 10 novembre dernier. L’offre bois y était présente à toutes les étapes de la construction, malheureusement dispatchée dans plusieurs halls selon une organisation par secteurs plutôt que par matériau voulue par le salon.

Après quatre années de crise du bâtiment, la situation économique semble se redresser, profitant à l’ensemble du secteur et à la construction bois en particulier. Soutenue par les projets Adivbois et le mouvement qu’ils impulsent à tous les acteurs, des bureaux d’études aux architectes en passant par les constructeurs, et par les nombreuses implications de la transition énergétique, les industriels de la construction bois innovent dans tous les domaines. Le salon Batimat était une occasion de découvrir ces nouveautés.

Toujours plus de hauteur et de grandes portées

De la charpente aux bois de structure, les produits proposés aujourd’hui par la filière bois pour le bâtiment sont des bois dits «d’ingénierie» ou techniques, des bois lamellés-collés, classiques maintenant, mais qui peuvent encore être à l’origine de belles innovations comme les poteaux-poutres de Simonin, des bois massifs aboutés, le KLH et maintenant le CLT, que proposent plusieurs entreprises françaises dont Piveteaubois qui a profité du salon pour annoncer le lancement de la production de l’Hexapli en juillet 2018.

Largement utilisé en Europe dans la construction résidentielle et non-résidentielle de bâtiments de R+1 à R+3, le CLT est le matériau idéal pour les constructions en hauteur par son rapport solidité/légèreté. L’offre française jusque-là insuffisante à répondre à la demande se développe depuis quelques années. C’était au tour de Piveteau, après Monnet-Sève et Sacba, de se lancer dans la fabrication de CLT à partir de bois français, essentiellement du sapin et du douglas, et un peu d’épicéa. Une ligne entièrement nouvelle, représentant un investissement de 15 millions d’euros d’où sortira un panneau toutes les 30 minutes. Pour Piveteau, dont 60% des sciages sont destinés au bois construction, le CLT était incontournable et leur décision prise dès 2014-2015. Le CLT produit sous la marque Hexapli aura 3 à 9 plis, collés avec du polyuréthane (sans émissions de COV), et orientés dans le sens de la largeur pour les murs ou dans le sens de la longueur pour les planchers ou la toiture. Avec une production de 50.000 m3/an qui commencera en juillet 2018, l’offre de CLT fabriqués en France avec du bois français commence à s’étoffer !

De son côté, CBS Lifteam, dans la lignée de ses dalles O’portune ou D-Dalle, poursuit ses recherches de produits de grande portée aussi légers que solides avec de nouvelles poutres de très grande portée (15 à 20 m) Hercu.lll.e. Jean-Luc Sandoz, jamais à court d’idées, pousse la transformation toujours plus loin jusqu’à la proposition de solutions bois clés en mains pour les logements sociaux (Habitim) et prépare une version bureau avec une gamme Burotim.

Le prêt à poser et l’isolation thermique

L’innovation se loge aussi dans la fabrication de produits plus spécifiques, comme le panneau isolant grande largeur (1,05 m utile) NLP de Simonin, adapté aux exigences de la RT 2020. La préfabrication poussée de ce type de produit livré prêt à couvrir permet d’accélérer la pose et le temps des chantiers tout en offrant des performances thermiques poussées en phase avec les exigences d’économie d’énergie de l’avenir. Le panneau NLP existe en différentes finitions et plusieurs essences en sous-face (épicéa, mélèze, chêne).

Simonin avance sur plusieurs fronts, l’entreprise proposait également une nouveauté en bardage, un bardage en épicéa peinture ignifugé classe C, et un système poteaux poutres adapté à la construction grande hauteur, en lamellé-collé épicéa d’épaisseur et section variables selon la portée demandée, et utilisant son assemblage Resix.

Modularité, facilité de pose et isolation thermique sont aussi les qualités du mur en bois massif contrecloué de Cyrille Ducret, tout en sapin, parfaitement adapté aux maisons individuelles jusqu’à R+3 et aux surélévations. Le «mur cloué» permet de garantir une isolation au niveau des exigences des maisons passives.

Forte demande pour les fermettes

Mais la demande continue de progresser aussi pour des produits plus traditionnels et plus économiques, comme les fermettes, toujours très utilisées en maisons individuelles. Que ce soit Sélection Vosges, Jurasciages, la scierie Chauvin, ou la scierie Veyrière, tous ont des carnets de commande pleins et envisagent des extensions de leur production. Ces scieries ou regroupements de scieries ont su investir dans de nouveaux équipements mais aussi dans le marketing, et proposent des produits de plus en plus transformés.

Le groupe Lefebvre, présent sur le salon, avait tenu à faire savoir qu’il pouvait réaliser des poutres en hêtre lamellé-collé. Quant à la scierie belge Scidus, spécialisée dans la transformation du hêtre, une ressource abondante en Belgique qu’elle torréfie pour en faire des lames de terrasses et de bardage, elle avait conçu une coque double courbure, destinée à la réalisation de toitures et de charpentes à effet de vague. Ces coques, fabriquées par un robot, sont modulaires, requièrent peu de poteaux pour leur support et peuvent être assemblées à plusieurs pour constituer de grandes toitures.

Nathalie Jaupart-Chourrout