Eurobois : le point à J -1 mois

Le 21 octobre 2016

Les organisateurs du salon Eurobois qui se tiendra du 15 au 18 novembre à Eurexpo Lyon ont fait un point le 11 octobre dernier, dévoilant notamment les participants aux Trophées de l’innovation. L’occasion également d’aborder des problématiques caractérisant l’ensemble de la filière forêt bois, avec un focus sur la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Florence Mompo, directrice du département bâtiment-bois-énergies chez GL Events, a rappelé en introduction à cette rencontre les deux principaux enjeux ressortant du bilan annuel de France bois forêt. A savoir, tout d’abord, la prise de conscience de la part de chaque maillon de la chaîne de valeur de la nécessité de se dynamiser, notamment afin de créer des emplois non délocalisables. Le second enjeu correspond à une croissance globale de l’usage du bois, incluant en particulier une valorisation du bois français à l’international. Pour ce faire, FBF a prévu d’investir 30 millions d’euros sur trois ans, destinés à soutenir les industriels.

Le chiffre : 300 / C’est le nombre d’exposants européens présents à cette édition 2016 d’Eurobois, 20.000 visiteurs professionnels étant attendus.

«Eurobois est présent à Lyon depuis plus de 30 ans», a rappelé Florence Mompo, insistant sur la logique de marché liant l’événement à une région où la filière forêt bois occupe une place importante. Marinette Feuillade, déléguée générale de l’interprofession Fibra, a présenté quelques statistiques à l’appui de ce constat, rappelant pour commencer que la région est la première française concernant le volume de bois sur pied, celui-ci représentant 35% du territoire. Reste que seulement 50% de la forêt sont récoltés. Pas moins de 80% de la forêt sont en effet détenus par quelque 470.000 petits propriétaires, d’où cette assez faible récolte. La région est décidée à atteindre 600 millions de m3 de bois récolté à l’horizon 2020, ce volume étant pour l’heure de 5,2 millions de m3.

Auvergne Rhône-Alpes est par ailleurs la région leader concernant le bois-énergie. Le secteur du bois d’œuvre pèse aussi un poids économique important, avec 3,8 millions de m3 entrant en scierie, parmi lesquels 1,8 million partent vers la charpente, la menuiserie et l’emballage. Marinette Feuillade a souligné le potentiel d’avenir de la région, celle-ci représentant 18.000 entreprises, 65.000 emplois, le secteur de la construction représentant 40% du total, et s’imposant plus que jamais comme le fer de lance de l’ensemble de la filière.

Laurent Maziès, gérant de Biesse France présent lors de cette rencontre, a souligné qu’Eurobois est un salon important pour le constructeur italien, car «il se situe au cœur d’une dynamique régionale importante», un dynamisme se vérifiant tout spécialement dans le cas de la charpente (et faisant référence au spécialiste des machines pour charpentes Uniteam), dont Biesse a récemment fait l’acquisition et qui exposera aussi sur Eurobois.