Escaliers Somme accueillait le lancement de Fibois Grand-Est

Le 4 juillet 2019
Escaliers Somme réunit une trentaine de personnes.

La nouvelle interprofession Fibois Grand-Est, créée juridiquement le 1er janvier 2019, a été inaugurée le 3 mai, sous les charpentes et boiseries exceptionnelles de l’ancienne saline de Dieuze après une visite de l’entreprise Escaliers Somme. Celle-ci déploie un savoir-faire hors du commun dans la confection d’escaliers contemporains et la reproduction d’escaliers anciens. Une véritable vitrine d’un usage noble du bois, et un argument en faveur de l’acceptabilité sociale de la récolte de bois, sujet d’actualité discuté lors du lancement de l’interprofession, présenté par Pascal Triboulot.

«Entreprise familiale, à taille humaine », ainsi Gilles Somme – le président de l’interprofession lorraine Gipeblor jusqu’au 1er janvier dernier, date de la fusion des trois interprofessions Grand-Est – a présenté sa société aux nombreux visiteurs, professionnels et représentants de l’État et des collectivités, en visite pour l’inauguration officielle de Fibois Grand-Est en mai dernier. Escaliers Somme est une société spécialisée dans l’escalier sur-mesure, de la conception à la pose, en passant par la fabrication et la finition. Créée en 1928 par Joseph Somme, l’entreprise est alors une structure artisanale, qui devient Menuiserie Somme et fils en 1970, quand Marc Somme succède à son père, puis Escaliers Somme en 1987, sous la direction de Gilles Somme.

En 2005, l’entreprise déménage de son site initial de Bourgaltroff, en Moselle, vers ses locaux actuels plus spacieux (encore agrandis en 2012), situés à Dieuze, à 50 km de Metz, 50 km de Nancy et 100 km de Strasbourg et du Luxembourg. La diversité, c’est le propre de la production Escaliers Somme, capable de réaliser des escaliers des plus classiques aux plus contemporains, en angle droit ou en colimaçon, avec ou sans rampe, dans une gamme de finitions élargie, intégrant des matériaux variés : bois, verre, inox ou acier… Un atelier inox a d’ailleurs été adjoint à l’atelier bois. La société a accumulé un savoir-faire considérable dans le domaine de l’escalier, qu’elle continue d’étendre (voir le zoom : «Tempo, l’escalier connecté»).

Le savoir-faire au centre

Le savoir-faire est le moteur de l’entreprise. «Chaque salarié est responsable de son escalier de A à Z», explique Gilles Somme. «On a envie de penser que chacun est autonome et assume la responsabilité de mener à bien son projet.» C’est bien l’esprit artisanal, associé à des technologies d’aujourd’hui, qui règne dans cette PME réalisant un chiffre d’affaires autour de 3 millions d’euros (2,5 millions d’euros en 2015). La société, qui regroupe une trentaine de personnes, accueille nombre d’apprentis. Son équipe est jeune, à 35 ans de moyenne d’âge. Quatre personnes oeuvrent au bureau d’études, une dizaine en production, grâce à un panel de machines classiques de menuiserie (scie Altendorf, défonceuse Pouwels, toupie Paoloni, plaqueuse Brandt, etc.) et à une machine à commande numérique Reichenbacher, au pilotage de laquelle l’un des menuisiers est affecté.

La matière première vient fréquemment de l’Allemagne toute proche, où des fournisseurs sont capables d’apporter des produits adaptés à la fabrication, principalement des plateaux de hêtre sous différentes aspects et formes. Ces fournisseurs du pays voisin entretiennent des dynamiques commerciales exceptionnelles, le dirigeant venant une fois par an en visite, accompagné d’un interprète, souligne Gilles Somme. En fin de cycle de production, sciures, copeaux et déchets de bois sont valorisés grâce à un broyeur et une presse à briquette, ce qui permet de diviser en outre par huit leur volume. Une large gamme de finitions est proposée : bois teinté sur échantillon à l’eau, vernis vitrifié, huilé, blanchi, brossé, laqué (mat, brillant)…

La qualité comme leitmotiv

Escaliers Somme fait partie du groupement de fabricants d’escaliers suspendus le plus important d’Europe, Treppenmeister […]

Photo : Escaliers Somme réunit une trentaine de personnes.

Lire la suite dans Le Bois International, Charpente, construction, menuiserie et meuble, notre édition rouge N°24 …