Des prototypes grandeur nature pour illustrer le «Vivre bois»

Le 4 juin 2019
Dans le cas du projet Balcons en forêt, une «bande servante» s’appuie sur un ensemble de «macro-meubles», à la fois séparatifs et pouvant recevoir différentes fonctions et usages.

Du 15 au 23 mai, Adivbois, Association pour le développement des immeubles à vivre en bois, organisait à la Galerie au Roi de Paris l’exposition «Vivre bois, solutions pour le cadre de vie des immeubles à vivre bois». Cet événement consistait en un ensemble de panneaux présentant trois prototypes, leurs caractéristiques et équipes.

Adivbois, pour rappel, rassemble les acteurs du matériau bois et de la forêt française autour d’un projet commun : les immeubles à vivre bois. Cette aventure, lancée dans le cadre du Plan national industrie du bois, repose sur deux paris : construire des immeubles bois de grande hauteur et associer deux filières industrielles, construction et ameublement, pour envisager des immeubles qui, au-delà de la structure, offrent un mieux-vivre. Au travers d’études menées par Adivbois, il ressort que la population française plébiscite le bois à plus de 90%, en construction, en solutions design et objets architecturaux.

Les projets d’immeubles démonstrateurs, lauréats du concours Adivbois/Puca, sont des champs d’expérimentation concrets pour les solutions du cadre de vie. C’est dans ce contexte, et pour accompagner opérationnellement ces démonstrateurs, que la commission Architecture Design et Marketing d’Adivbois a lancé un appel à projets auprès d’eux pour concevoir et réaliser des prototypes, grandeur nature, illustrant le vivre bois. La mission des trois équipes retenues repose sur l’industrialisation de concepts intégrant réemploi, modularité, flexibilité, personnalisation et réversibilité des espaces.

Les projets lauréats Balcons en forêt, immeuble démonstrateur R+8 + attique de logements à Saint-Herblain, et Timber Loggia, immeuble démonstrateur R+9 de logements, commerces et bureaux à Grenoble, ont donné lieu au prototype du macro-meuble à la réversibilité : éléments séparatifs et fonctionnels, ces macro-meubles permettent d’optimiser l’espace. Le projet lauréat Capable, immeuble démonstrateur R+9 de logements à Saint- Herblain, a donné lieu au prototype Capsule Capable / prête à habiter qui propose une solution industrialisée, cabine compacte englobant salle de douche, cuisine, rangement et bureau ou dressing dans un module de 5 m2 qui vient se «plugger» dans une pièce.

Le projet lauréat L’étang d’Art, immeuble démonstrateur R+9 de logements + halte-garderie, à Angers, a été le point de départ d’une réflexion sur la flexibilité des lieux de vie et l’économie circulaire. Partition adaptable est le fruit de ces réflexions. Le prototype repose sur des éléments de partitions : cloisons mobiles rassemblant un maximum de fonctions (rangements, pièces d’eau, gestion du linge…) en un minimum d’espace permettant de répondre aux besoins évolutifs des occupants.

Le chiffre : 48 

C’est le nombre d’équipes pluridisciplinaires ayant proposé des projets d’immeubles à vivre bois, 13 projets ayant sélectionnés en septembre 2017, puis trois équipes ayant été retenues en 2018, pour mettre en place des prototypes de solutions.

Photo : Dans le cas du projet Balcons en forêt, une «bande servante» s’appuie sur un ensemble de «macro-meubles», à la fois séparatifs et pouvant recevoir différentes fonctions et usages.

Lire la suite dans Le Bois International, Charpente, construction, menuiserie et meuble, notre édition rouge N°21 …