Des investissements pour des solutions à plus haute valeur ajoutée chez RahuelBois

Le 12 février 2020
Thomas Rahuel (à gauche) et Joakim Rahuel, co-gérants de l’entreprise familiale.

Pour Joakim et Thomas Rahuel, l’entrepreneuriat n’est pas un vain mot. Ils portent la scierie familiale bretonne vers des marchés toujours plus novateurs afin de développer les usages de l’essence de châtaignier, leur spécialité. L’acquisition récente d’une abouteuse, d’une ligne de délignage et de coupe d’optimisation et d’un séchoir à gaz ouvre le champ des possibles en faveur de produits innovants présentant un potentiel de marché, et de la valorisation d’essences résineuses.

Joakim Rahuel et son frère Thomas poursuivent le tournant de l’entreprise familiale basée à Combourg (35), amorcé quelques temps avant leur reprise fin 2016 après leur père et leur oncle. Le développement d’une gamme de bardage châtaignier à vieillissement naturel baptisée Déjà Gris montrait déjà leur propension à innover. Dans cette même optique, un renouvellement récent des machines leur permet de repenser l’offre produits tout en optimisant le process industriel. «Dès le départ, nous n’avons pas voulu nous limiter au sciage. Nous avons ainsi développé le bardage. Depuis la reprise de l’entreprise, nous travaillons à structurer l’offre produits en fonction des potentiels de marché et le management de l’équipe qui a doublé en effectif. Nos choix se fient au sens que nous voulons donner à l’entreprise et au travail pour contribuer à sa réussite. C’est la question essentielle qui nous guide», souligne Joakim Rahuel.

Face à la multitude d’idées de dévelop- pement envisageables, les deux jeunes dirigeants jugent indispensable de faire appel à un regard extérieur pour cibler les orientations à prendre. C’est Daniel Costiou, consultant au sein d’Axibois dont il a la direction, qui les accompagne alors avec une vision commune sur le développement de l’entreprise. Leur réflexion porte en premier lieu sur le processus de fabrication qui nécessite des améliorations. Alors que l’aboutage est jusque-là sous-traité, les co-dirigeants font le choix de l’intégrer dans l’outil de production. Cependant, l’offre d’abouteuses du marché se limite à l’assemblage de bois de petite longueur et ne correspond pas aux besoins de l’entreprise.«Nous recherchions une machine capable de réaliser un aboutage au mètre linéaire. Nous avons ainsi sollicité Soverem, un industriel français spécialisé dans la fabrication des machines à bois, pour concevoir une abou- teuse répondant à notre cahier des charges. L’un de ses avantages tient à la possibilité de choisir manuellement le morceau de bois à insérer dans la machine», précise Joakim Rahuel. La machine devient opérationnelle en septembre 2018. Deux salariés suivent son bon fonctionnement, dont l’un dédié à la sélection des lames et l’autre chargé du contrôle en bout de chaîne.

Une capacité de production annuelle de bardage multipliée par 3

Soverem a également conçu la nouvelle ligne de délignage et de coupe d’optimisation qui prend place au sein de l’atelier pour gagner en performance et confort de travail. Grâce à cet investissement, la scierie voit sa capacité de production annuelle de bardage progresser de 20.000 à 60.000 m2. «Cette machine nous permet de mieux optimiser la matière sèche. Avec son acquisition, nous souhaitons faire évoluer notre rendement matière pour gagner 10% et trouver de nouveaux marchés.» Parallèlement à leur expérience avec le châtaignier, une essence locale naturellement durable, les deux dirigeants souhaitent valoriser des bois oubliés comme le cyprès de Lawson et le cèdre pour élargir leur offre vers les essences résineuses. A côté du douglas qui trouve sa place en bardage, ils font des essais avec ces autres essences […] 

Photo : Thomas Rahuel (à gauche) et Joakim Rahuel, co-gérants de l’entreprise familiale.

Voir notre édition verte, Le Bois International, Scierie, exploitation forestière N°04…