Des chantiers forestiers à l’arrêt… ou au jour le jour

Le 2 avril 2020

Au début du confinement face au Covid-19, la plupart des entrepreneurs de travaux forestiers ont souhaité continuer de travailler sur leurs chantiers en forêt après un début de mois de mars très pluvieux… La grande majorité des entrepreneurs et leurs salariés travaillent isolés sur leur machine, limitant grandement les risques de contagion. Des mesures d’hygiène ont été prises pour éviter le covoiturage ou réaliser un nettoyage complet de la cabine pour les quelques salariés travaillant en poste sur un même engin. Les primes de paniers repas permettent à chacun d’organiser personnellement son ravitaillement de midi. Mais déjà, bon nombre d’entreprises se voient contraintes d’arrêter les coupes, certaines scieries ayant stoppé leur activité et certaines coopératives ayant mis leurs coupes de bois en stand-by. Ce sont les chantiers de bois d’œuvre qui souffrent le plus actuellement, tout particulièrement les coupes en bois blanc.
Quelques entrepreneurs de travaux forestiers continuent de travailler au jour le jour, sans aucune lisibilité, dans certaines coupes de douglas. D’autres entreprises forestières terminent les chantiers en cours : les parcelles en attente de débardage, quelques petits lots à couper pour un particulier en attente depuis de longs mois… Aucun entrepreneur de travaux forestiers ne peut programmer de chantiers, même à court terme, certains concentrant toute leur activité sur les coupes proposées, mettant de côté temporairement une activité secondaire de bois de chauffage à reprendre quand les coupes se feront encore plus rares… Chaque entrepreneur tente de s’adapter à la crise qui semble s’amplifier de jour en jour, même si certaines scieries essaient de rouvrir temporairement pour honorer quelques commandes plus urgentes ou spécifiques. Par ailleurs, l’exportation de bois est complètement arrêtée, que ce soit vers la Chine, l’Italie ou les USA… Seul le bois de trituration parvient à trouver des débouchés, les préfectures ayant demandé le maintien de l’activité des papeteries pour répondre aux besoins notamment en cartons d’emballage. Ainsi, les papeteries tentent d’absorber un volume de bois plus conséquent chaque jour alors que la filière bois-énergie souffre également avec des stocks déjà importants après un hiver très doux.