Création bois, spécialiste de la construction multi-étages

Le 2 juin 2020
Dans les ateliers de l’entreprise, on trouve deux lignes d’assemblage de murs ossature bois fonctionnant en parallèle.

Basée à Lys-lez-Lannoy (59), dans les Hauts-de-France, l’entreprise Création bois, spécialiste en conception, préfabrication et pose de charpentes et ossatures bois, avait comme l’ensemble de ses confrères dû interrompre son activité le 16 mars dernier, mais n’a pas tardé à reprendre. Guillaume Ponsan, depuis peu à la direction générale de l’entreprise, nous en dit un peu plus sur le virage récent de cette PME d’un poids économique déjà conséquent, qui via des investissements raisonnés s’est spécialisée dans la réalisation de bâtiments multi-étages pour les secteurs privé et public.

C’est en 1982 que l’entreprise Création bois a été créée par Patrick Ducros, compagnon charpentier, avec initialement une activité de production de charpentes traditionnelles. Durant plus de 25 ans, la société se spécialise plus largement dans la construction de logements individuels et d’ouvrages d’arts, embauchant quinze compagnons pour un chiffre d’affaires d’en- viron 400.000 euros. Elle est rachetée en 2008 par le groupe familial Sylvagreg, acteur régional de référence pour la conception et la construction d’habitats, qui va contribuer à son industrialisation et à son développement. L’objectif est alors de proposer une offre constructive en bois, complémentaire aux solutions traditionnelles du groupe. L’entreprise va ainsi se développer durant dix ans, passant à 48 salariés pour 9 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Création bois a connu il y a peu un autre virage important : l’entreprise a en effet été rachetée en février 2019 par un ensemble d’actionnaires, associés autour d’Hervé Denize, précédemment directeur général du promoteur immobilier Nexity, qui en assure la présidence, lui donnant à cette occasion l’objectif d’atteindre les 20 millions d’euros de chiffre d’affaires à l’horizon 2021, ambition qui s’appuie sur un nouveau déploiement stratégique, visant le marché parisien et les ouvrages de bureaux, en très forte progression sur la métropole lilloise et l’Ile-de-France : «A travers ce nouvel élan, nous entendons étendre notre terrain d’intervention au-delà des Hauts-de-France, en nous diversifiant notamment sur le grand Nord-Est», explique Guillaume Ponsan. Celui-ci, ingénieur diplômé des Arts et Métiers, a précédemment occupé les postes d’ingénieur travaux chez Eiffage construction, puis géré des opérations en maîtrise d’ouvrage et promotion immobilier chez Bouygues construction, avant que la voie du bois ne s’offre à lui : «La construction bois est un marché présentant incontestablement un fort potentiel», estime-t-il, soulignant sa volonté de faire profiter la PME qu’est Création bois construction de son expérience acquise au sein de groupes d’une taille importante, notamment en matière de structuration.

Renforcer la présence en résidentiel et tertiaire

Le nouvel actionnariat s’est traduit par un renforcement significatif de l’outil de production, l’entreprise ayant depuis peu acquis une Speed-Cut de chez Hundegger, offrant une capacité d’usinage nettement plus élevée, cette machine alimentant deux chaînes d’assemblage de murs ossature bois fonctionnant en parallèle : l’une semi-automatique, avec une cadreuse-cloueuse automatique Mobi-one de la société JJ Smith & Co Woodworking Machinery, et l’autre manuelle, destinée aux murs de plus petit gabarit, avec un format spécifique. On trouve douze colla- borateurs au sein de l’usine de production d’une superficie de 4.500 m2, dont un chef d’atelier, deux chefs d’équipes et différents compagnons.

Création bois dispose par ailleurs d’un bureau d’études intégré employant cinq personnes, qui étudie la majorité des projets pris en charge par l’entreprise, réali- sant les plans de fabrications et de pose, les notes de calculs et les dimensionnements. Le bureau d’études est équipé de logiciels de chez Cadwork, Acorbat, BRZ ainsi que des licences en Revit pour les maquettes BIM. L’entreprise a également noué des relations avec un bureau d’études externe, Ingébois, basé à Douai (59) et spécialisé dans la structure et l’enveloppe bois, ainsi que la maîtrise d’œuvre, le diagnostic et l’exécution : «Ils nous incluent dans la boucle de projets dont ils sont concepteurs, et nous faisons appel à eux dans le cas de projets d’envergure, allant au-delà du R + 3, concernant lesquels ils nous accompagnent pour le calcul et le dimensionnement de l’ouvrage», précise Guillaume Ponsan.

Le constructeur bois, qui affiche aujourd’hui une capacité de production de quelque 25.000 m2 de murs ossature bois par an, a pour objectif de renforcer sa présence sur les segments du résidentiel et du tertiaire : «Notre clientèle se compose exclusivement de professionnels : entreprises générales, maîtres d’ouvrages publics ou privés, Les projets dont nous prenons la responsabilité concernent pour l’heure majoritairement la maîtrise d’ouvrage privée, pour environ 80%, les 20% restants concernant des mar- chés publics. Notre cible étant les ouvrages multiétages offrant une surface de plancher supérieure à 1.000 m2, le chantier de plus grande ampleur que nous ayons mené à bien jusqu’à présent étant le campus Auchan de Lille (59), d’une superficie de 15.000 m2», explique Guillaume Ponsan.

Approvisionnements maintenus et reprise progressive

«Nous avons fait le choix de nous concentrer sur notre cœur de métier, à savoir les lots charpente et ossature bois, avec éventuellement la capacité à gérer en sous-traitance le clos couvert», précise Guillaume Ponsan. «Le fait de travailler majoritairement avec des promoteurs privés implique d’être en capacité de gérer des plannings serrés, et des plans d’ouvrage précis. Il nous faut être en mesure de dérouler l’ensemble de la chaîne de valeur d’un projet, en étant d’une efficacité optimale à chaque étape.»

En matière de fabrication, l’entreprise a fait le choix de se spécialiser sur la production des murs ossature bois, et de s’approvisionner en éléments lamellés-collés auprès des autrichiens Hasslacher et Binderholz, et en CLT (bois lamellé-croisé) auprès de l’entreprise finno-suédoise Stora Enzo et de l’autrichien Binderholz : «Si l’on nous demande du bois français, on se rapproche de la filière locale, mais force est de constater que pour l’heure, l’offre française concernant ce type de produits bois construction est encore limitée, en particulier pour le CLT», remarque Guillaume Ponsan, qui ajoute que leurs fournisseurs, malgré la crise sanitaire actuelle, se sont révélés en mesure de poursuivre leur production, contrairement à d’autres pays du Sud de l’Europe, comme la France, plus sévèrement impactés : «Le principal souci de nos fournisseurs, étant donné les contraintes actuelles, est de trouver des zones de stockage tampons. En tout cas, il ne devrait pas y avoir de tensions sur les approvisionnements en ce qui nous concerne, et cela permettra un redémarrage rapide, pour nous et probablement pour l’en- semble de la filière française de construction bois», estime Guillaume Ponsan.

Création bois, qui avait interrompu son activité le 16 mars dernier, a réouvert deux chantiers le mardi 14 avril avec des équipes réduites, 7 collaborateurs dans un premier temps. Pour la reprise, l’équipe dirigeante a organisé des réunions de lancement équipe par équipe, ces réunions permettant de formaliser les consignes générales et particulières de sécurité sanitaire liées au Covid-19. Afin de remettre les fournitures et matériels nécessaires à l’exécution des travaux dans les conditions préconisées par l’OPPBTP (gants, lingettes, gel hydroalcoolique), un référent «Covid» a été nommé dans l’équipe d’encadrement et chaque équipe chantier a son référent. Leur rôle est de permettre un lien perma- nent entre l’équipe, la maîtrise d’ouvrage, la maîtrise d’œuvre, et l’encadrement de Création bois construction. Sur chantier, un briefing quotidien permet de vérifier que toutes les tâches de la journée pourront être effectuées dans les conditions de sécurité attendues. Une nouveauté, pour les compagnons sur chantier, est la mise en place du travail en journée continue, afin d’éviter la promiscuité du bungalow au moment du repas de midi.

«Nous avons repris les grands déplacements depuis le 27 avril, et redémarré l’atelier de production le 4 mai», ajoute Guillaume Ponsan, qui souligne : «Nous aurions même été en mesure de reprendre plus tôt, mais cela n’aurait guère été pertinent, sachant que nous n’avions dans un premier temps que deux chantiers à fournir». Quant aux perspectives à disons moyen terme, il anticipe un probable pic d’activité prochain, correspondant à la somme, sur un intervalle de temps réduit, entre les chantiers interrompus et ceux qu’il faudra démarrer à la date prévue. C’est durant de telles périodes tendues qu’il est plus que jamais important de pouvoir compter sur une main-d’œuvre compétente et suffisamment nombreuse, l’entreprise comptant pour l’heure 60 collaborateurs : «Nous avons embauché en ce début d’année un directeur de travaux et un directeur pour le bureau d’études», précise Guillaume Posan, qui conclut : «L’année en cours sera forcément particulière ; d’où l’importance pour nous, plus que jamais, de disposer du soutien d’actionnaires solides, nous permettant d’opter pour une orientation stratégique pertinente, par-delà la crise actuelle».

Photo : Dans les ateliers de l’entreprise, on trouve deux lignes d’assemblage de murs ossature bois fonctionnant en parallèle.

Lire la suite dans Le Bois International, Charpente, construction, menuiserie et meuble, notre édition rouge N°16 …