Bretagne / Artibat 2014 : l’innovation et l’esthétisme, moteurs d’évolutionA

Le 6 novembre 2014

1.006 exposants, 10 secteurs d’activités, 65.000 m2, ces critères du salon Artibat ont incité près de 39.200 professionnels du bâtiment à faire le déplacement au parc des expositions de Rennes. Cette 14e édition a nouvellement accueilli les professionnels de l’aménagement extérieur et du paysage.

 

La 14e édition du salon Artibat s’est tenue à Rennes du 22 au 24 octobre dernier, dans un contexte où l’activité des artisans du bâtiment continue de diminuer. La construction neuve ainsi que l’entretien et la rénovation sont touchés (source : note de conjoncture de la Capeb du 16 octobre 2014). «Le nombre des permis de construire en augmentation en Bretagne et dans les Pays-de-Loire redonne un peu d’optimisme au secteur», rapportait Bruno Leclerc, délégué régional de la Capeb Pays-de-la-Loire, organisatrice de l’évènement. «La confirmation du crédit d’impôt de 30% pour des travaux de rénovation énergétique est susceptible de rassurer les clients et de redynamiser le marché de la rénovation thermique du bâti qui était atone». Depuis le 1er septembre 2014, les particuliers souhaitant disposer de l’éco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ) doivent faire appel à des professionnels labellisés RGE (reconnu garant de l’environnement). De plus, cette certification s’imposera également à compter du 1er janvier 2015 pour disposer du crédit d’impôt développement durable. Un stand «objectif RGE» animé par la Capeb Pays-de-la-Loire informait les artisans sur les intérêts de la labellisation pour se positionner sur le marché de la rénovation énergétique. Les conférences de presse, en phase avec l’actualité, ont fait le plein. Hervé Boivin, prescripteur bois au sein de l’interprofession Abibois, intervenait sur l’isolation thermique par l’extérieur par le biais de la réglementation, des solutions techniques et de leurs avantages.

Anticiper la réglementation thermique

Cette édition, fidèle aux autres, a laissé une place de choix aux 90 nouveautés dont 14 se sont distinguées par la mention Expert. Dans le secteur de la menuiserie, la réglementation thermique a impulsé la mise en œuvre des produits innovants. La société Minco présentait une fenêtre triple vitrage bois-aluminium avec bouclier thermique contenant de la ouate de cellulose. Le concept permet d’obtenir la labellisation PassivHaus avec des coefficients Uw et Ug respectifs de 0,68 et 0,5 W/m2.K. «Nous voulons anticiper la RT 2020. La demande existe et tend à s’élargir vers les lycées», précisait Emmanuel Vergnaud, responsable régional grand Sud-Ouest. «C’est un marché de niche mais on constate une sensibilité accrue de la part des architectes et des auto-constructeurs. Ce salon est une opportunité pour présenter nos nouveautés et créer un temps fort avec nos clients. Le marché de la construction est compliqué mais nous arrivons à tirer notre épingle du jeu grâce à nos produits en phase avec la réglementation thermique». Une nouvelle gamme de portes d’entrée mixtes, intérieur bois et extérieur aluminium, a vu le jour. Elles présentent un coefficient thermique Ud inférieur à 1,1 W/m2.K. Le concepteur et fabricant de systèmes de fixation Louineau mettait en avant un précadre métallique à rupture thermique pour la fixation de menuiseries. L’intégration d’une cale PVC prémontée en usine au niveau des points de fixation évite l’écrasement de la mousse isolante responsable des ponts thermiques et de la condensation. Ce concept s’est vu attribuer la mention Expert. «Par le biais du salon, nous souhaitons sensibiliser les architectes et les entreprises générales au gain que cela peut apporter sur le long terme. Il s’agit d’une solution alternative à proposer sur un projet global et non sur le seul lot menuiserie. Nous pouvons les accompagner sur des études», formulait Guillaume Dufaix, responsable du bureau d’études et chargé d’affaires.

Le design au cœur de l’innovation

Les fabricants et distributeurs d’isolants figuraient parmi les exposants. Saint-Gobain Isover mettait l’accent sur l’Isoduo 36 avec fibre de bois et laine de verre aux performances thermo-acoustiques optimales. Combiner esthétique et performances thermiques et acoustiques demeure incontournable pour le fabricant de portes d’entrée Zilten. La gamme Nativ en red cedar, dotée de larges lames et intégrant du liège et une plaque silico-calcaire, traduit cette volonté. Pour faire face au repli du marché de la construction neuve, l’entreprise s’impose sur le marché de la rénovation. Elle s’appuie sur son réseau de négoces et de fenêtriers. «Nous sommes présents sur le marché du neuf mais nous prenons des parts de marché dans le secteur de la rénovation. L’innovation nous fait notamment progresser. Nous travaillons avec un designer qui étudie les tendances», argumente Charles Pellé, directeur des ventes. Le fabricant de parquets Chêne de l’Est s’installait pour la première fois au salon motivé par sa réputation et sa fréquentation. «Nous souhaitons développer les ventes dans l’Ouest de la France. Notre présence au salon est un moyen de fidéliser nos clients et de faire connaître la marque aux négoces et aux menuisiers. Nous ne sommes pas suffisamment connus dans l’Ouest et nous voulons mieux asseoir la marque et donner plus de dynamisme pour les relais de distributeurs. Nous cherchons à nous développer vers le haut de gamme», confie Jean-Michel Bach, cogérant de l’entreprise.

Les distributeurs de machines à bois tenaient place dans le hall 11, comme LTM (lire le zoom : «Un combiné multifonctions Lurem»). L’entreprise bretonne L’Outil à bois exposait une scie à format large bande Martin, et un centre d’usinage Masterwood. Un centre d’usinage 5 axes SCM TECH Z5 était en fonctionnement sur le stand de Gedimo. Les exposants voulaient susciter l’intérêt des menuisiers, des agenceurs… Le salon s’est avéré une véritable vitrine de présentation des produits.

Promouvoir l’apprentissage

Les organisateurs ont largement motivé la mise en place de démonstrations de produits et de techniques. Huit CFA se sont fortement mobilisés par des mises en situation spécifiques métiers. Une première pour le salon. Les CFA du Morbihan et du Finistère ont conjointement mis en œuvre des solutions d’isolation intérieure et extérieure sur un préfabriqué en ossature bois. Ces interventions ont été ponctuées par une remise des trophées des maîtres d’apprentissage le troisième jour. Derrière cette démarche s’exprimait l’intention de promouvoir le secteur de l’apprentissage. «La profession reste mobilisée pour maintenir un système de formation. 51% des jeunes de niveau IV et V passent par la voie de l’apprentissage en France. Les apprentis sont les professionnels de demain. Nous voulons valoriser leur savoir-faire auprès des chefs d’entreprises», insistait Bruno Leclerc. A la rentrée 2014, les CFA de Loire-Atlantique, de Sarthe et de Vendée ont ouvert un BTS sur l’enveloppe du bâtiment. «Face à l’évolution de la réglementation thermique, nous souhaitons former du personnel qualifié capable d’intervenir sur le secteur de la rénovation. Ces mises en situation s’inscrivent dans le cadre d’un projet pédagogique qui amène les jeunes à rencontrer les professionnels et à apprendre les bons gestes», précisait Bruno Thomas, adjoint technique et pédagogique du CFA de Loire-Atlantique.

Les exposants ont exprimé leur attentisme vis-à-vis de la relance du bâtiment. Malgré la conjoncture, ils ont profité de l’évènement pour échanger, nouer d’éventuels partenariats et aller de l’avant. Pour s’adapter au marché, ils misent sur l’innovation, la qualité et l’esthétique des produits. La richesse et la convivialité des échanges qui se dégagent ont retenu l’attention de la Capeb Rhône-Alpes qui programme un salon de la construction à Saint-Etienne en 2016 (lire l’encadré : «Le concept d’Artibat dupliqué dans le Sud-Est»).

De notre correspondante

Cécile Giamberini