Biomasse : nouvel appel à projets pour la production de chaleur

Le 13 octobre 2016

Le ministère de l’Environnement, via l’Ademe, vient d’annoncer le lancement d’un nouvel appel à projets pour financer le passage à la biomasse dans l’industrie, l’agriculture et le tertiaire.

La ministre de l’Environnement Ségolène Royal a lancé le 5 octobre un nouvel appel à projets pour la production de chaleur à partir de biomasse pour l’industrie, le tertiaire privé et l’agriculture. Celui-ci s’adresse aux entreprises de l’industrie, aux entreprises agricoles et du tertiaire privé (bureaux, commerces, grandes surfaces de distribution, plateformes logistiques, aéroports, etc.) installées en France (outre-mer compris). Il est financé par le Fonds chaleur géré par l’Ademe, dont le budget est intégré à celui du ministère de l’Environnement.

Cet appel à projets pour la période 2016/2017 s’articule en deux volets :

– pour les projets de grandes installations, assurant une production énergétique annuelle supérieure à 1.000 tonnes équivalent pétrole (11.630 MWh), la date limite de dépôt des dossiers a été fixée au 15 décembre ;

– pour les projets de petites et moyennes installations, assurant une production énergétique annuelle inférieure à 1.000 tep, les projets peuvent être déposés dès à présent et tout au long de l’année.

Le chiffre : 700 / D’après les derniers chiffres du ministère de l’Environnement, 700 chaufferies biomasse ont été soutenues par le Fonds chaleur entre 2009 et 2015 dans les secteurs collectif et industriel, pour une production totale, à partir de biomasse, de 1,2 million de tep/an correspondant à une consommation de 5,5 millions de tonnes de biomasse.

«En remplaçant des installations existantes fonctionnant avec des combustibles fossiles, en favorisant la mise en œuvre de nouveaux équipements, en développant les réseaux de chaleur qui valorisent de manière optimale les énergies renouvelables, le dispositif du Fonds chaleur apporte sa contribution à l’objectif de la loi de transition énergétique pour la croissance verte, qui fixe la part des énergies renouvelables à 32% de la consommation d’énergie nationale à l’horizon 2030», souligne le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer.

Un bilan des premiers appels à projet indique que l’apport des installations financées par le Fonds chaleur a largement contribué à atteindre l’objectif fixé par le Grenelle de l’environnement au cours de la période 2009-2012.