Bilan technique après un an de chantiers pour la tronçonneuse à injection

Le 4 décembre 2019
Maxime Fuzier entame son entaille de direction avant l’abattage d’un gros douglas.
La tronçonneuse à injection Stihl MS 500i a été désignée en juillet dernier «Machine forestière de l’année 2019» dans la catégorie des outils forestiers. Après une année complète d’utilisation, un bûcheron auvergnat se montre pleinement satisfait de ce nouveau modèle MS 500i. Le professionnel apprécie le couple moteur ainsi que le rapport poids/puissance inégalé de cette tronçonneuse très innovante.

Maxime Fuzier lance sa tronçonneuse à injection Stilh MS 500i sans aucun starter : une pompe d’amorçage lui permet de démarrer sa machine au cœur de cette coupe d’éclaircie en douglas située sur la commune de Saint-Jeures (43). Dès lors, le bûche- ron peut s’atteler à l’abattage des douglas marqués à la peinture par Jean-Baptiste Castanié, conseilleur forestier dans la commune voisine de Tence.

Un rapport poids/ puissance inégalé

Avec plus d’une décennie de bûcheronnage dans les bras, Maxime Fuzier est l’homme idéal pour donner un avis éclairé sur la nouvelle tronçonneuse à injection MS 500i après une année d’utilisation. Il a enchainé les formations forestières en BEPA, CAPA et BTA avant de se lancer immédiatement à la sortie de l’école comme bûcheron à son compte en septembre 2008 au Mazet-Saint-Voy (43). Une décennie où le professionnel a toujours travaillé avec la marque Stihl dont il a connu bon nombre de modèles et d’évolutions. La toute dernière a même reçu plusieurs prix en 2019, dont le Trophée de la Machine forestière de l’année dans la catégorie des outils forestiers.

Achetée le 12 novembre 2018, la nouvelle tronçonneuse Stihl MS 500i vient de fêter sa première année d’existence en subissant un examen complet de la machine chez le revendeur. Avec 600 heures de travail au compteur, la MS 500i a atteint son plus haut régime à 14.700 tours/minutes pour un moteur de 79,2 cm3. A titre de comparaison, le modèle Stihl MS 462, acheté en même temps, a atteint son plus haut régime à 14.300 tours/minutes en 250 heures de travail pour un moteur de 72,2 cm3.

Première différence : pour une puissance supérieure, la Stihl MS 500i pèse seulement 200 grammes de plus, offrant ainsi un rapport poids/puissance inégalé. Un gain de poids significatif sachant que l’injection de carburant à commande électronique permet d’enlever le carburateur. Autre différence : pas besoin de temps d’étalonnage au moment du démarrage de la MS 500i comme c’est le cas avec le démarrage électronique M-tronic de la MS 462. «La nouvelle tronçonneuse démarre après six ou sept pompages d’amorçage le matin à froid pour seulement un ou deux pompages en journée», constate Maxime Fuzier. Il poursuit la comparaison en remarquant que «la Stihl MS 500i est constituée d’un capot en deux blocs pour un seul bloc sur la MS 462». Malgré tout, «le filtre à air ne s’encrasse pas plus sur le nou- veau modèle, ce qui était pourtant un défaut récurrent sur le modèle MS 461» […]

Photo : Maxime Fuzier entame son entaille de direction avant l’abattage d’un gros douglas.