Aquitaine / Forexpo : placer l’innovation au cœur du développement de la forêt cultivée

Le 2 juin 2016

Forexpo, salon de la sylviculture et de l’exploitation forestière, qui se positionne comme événement fédérateur pour la filière de la graine à la grume jusqu’au bois rendu usine, se déroulera du 15 au 17 juin à Mimizan, dans les Landes.

Pendant trois jours du 15 au 17 juin, la 25e édition de Forexpo s’installera pour la troisième fois sur le site de 70 hectares autour de l’aérodrome de Mimizan. Sur une boucle de plus de trois kilomètres seront répartis les stands des exposants, une vaste arène de présentation en cinq zones (travail du sol et reboisement, abattage mécanisé, débardage des bois courts, débardage des bois longs et circuit dédié aux véhicules 4×4) et tous les services.
Forexpo se positionne comme vecteur de la forêt cultivée. « La forêt cultivée, c’est l’innovation permanente », expliquent les organisateurs du salon. Mimizan est situé au cœur du plus grand chantier de reboisement d’Europe. Avec un rythme de reconstitution de 30.000 hectares par an, il faudra quatre ans pour terminer le chantier qui devrait être achevé pour Forexpo 2020. Il aura concerné plus de 84.000 parcelles. Forexpo se déroulera sur le territoire de cette commune, située au cœur du massif forestier des Landes de Gascogne où la troisième génération de variété de pin maritime améliorée (VF3) aujourd’hui opérationnelle va permettre d’atteindre une productivité de l’ordre de 15 m3 par hectare et par an. Pour comparaison, on était passé, en une cinquantaine d’années, de 4 à 12 m3 par hectare et par an. Le pôle R&D aquitain qui a mis au point ces nouvelles variétés développe des scénarios sylvicoles qui conjuguent des impératifs de gestion durable et de santé des forêts, en réponse aux besoins de la filière et aux contraintes du changement climatique. D’autres essences sont étudiées telles que l’eucalyptus, le pin taeda… mais aussi de nouveaux itinéraires sylvicoles, avec en toile de fond, l’adaptation des massifs aux contraintes environnementales. En Aquitaine, le GIS (groupement d’intérêt scientifique) pin maritime du futur coordonne depuis une vingtaine d’années des programmes de R&D pour la conservation des ressources génétiques, la création variétale et plus récemment sur la sylviculture.

Vers la sylviculture de précision

Les deux tempêtes qui ont frappé le massif des Landes de Gascogne ont dopé l’équipement mécanique de la forêt. Aujourd’hui, toutes les opérations sont mécanisées. Les nouveaux outils connectés, logiciels, capteurs, de plus en plus perfectionnés, sont au service de l’échange de données, de la précision d’utilisation, du rendement, de l’efficacité des machines et du confort de l’utilisateur, le tout sur fond d’amélioration de la productivité des machines. « Seule la plantation restait encore très manuelle. Les constructeurs s’y intéressent de très près », soulignent les organisateurs du salon aquitain. Dans ce domaine, les visiteurs pourront entre autres assister à des démonstrations de la planteuse JLM 200 de Sylvinov, fruit de cinq ans de R&D. Le groupe coopératif Alliance forêts bois présentera également sa planteuse automatisée « peuplier ». « Comme il y a l’agriculture de précision, la sylviculture de précision monte en puissance : au service de la logistique, des économies d’énergie, de l’augmentation de capacité des machines moins gourmandes », ajoute l’organisation de Forexpo. « Sans oublier la transmission en temps réel qui facilite et optimise la mobilisation des bois. »
Aujourd’hui, les outils deviennent de plus en plus intelligents. « Les moteurs « nouvelle génération » sont le fruit d’un travail sur les économies de carburant, l’augmentation du rendement – sans augmenter la puissance – et le développement des automatismes », soulignent les organisateurs. « John Deere associe un nouveau système hydraulique intelligent et de l’informatique embarquée. En plus des engins forestiers, la compagnie propose des solutions logicielles qui améliorent la prise de décision de l’opérateur. Autres points forts, la maniabilité et la miniaturisation. L’allemand Ropa exposera un broyeur autonome Albach : une machine très mobile qui fabrique des plaquettes d’une qualité très fine, adaptées aux petites chaufferies. » Dans une filière forêt-bois qui rencontre régulièrement des difficultés pour trouver les ressources humaines dont elle a besoin, le confort des utilisateurs des engins est un levier stratégique. « Chez Ponsse, l’environnement de travail de l’opérateur est au cœur de la conception de l’abatteuse Scorpion », précisent les organisateurs.

Partager l’information

Forexpo 2016 mettra aussi en évidence l’émergence d’outils logistiques, informatiques, de gestion qui ont ouvert la voie à une culture nouvelle du partage d’informations.
Les progrès technologiques dans le numérique (vitesse de calcul, coût du stockage des données, vitesse de transport, précision…), la multiplication des SIG (système d’information géographique), l’utilisation du Lidar (Light detection and ranging) ont permis le développement d’innovations organisationnelles et logicielles dans le domaine de l’aide à la décision ou de la gestion. Les SIG sont utilisés pour planifier les chantiers. Le Lidar, embarqué sur avion ou hélicoptère, apporte une aide importante à la cartographie des dessertes forestières, à la délimitation des unités de gestion et aux inventaires paysagers.
Les exemples de démarches collaboratives liées à l’explosion des informations numériques sont variés. Aujourd’hui, un ensemble d’acteurs partage l’information qui remonte du terrain.
« Les sylviculteurs partagent le télésignalement des dégâts de gibier avec les DDTM (Direction départementale des territoires et de la mer) et les Fédérations de chasseurs, sur le site du GIP Atgeri (groupement d’intérêt public Aménagement du territoire et gestion des risques) », expliquent les organisateurs de Forexpo. « Sur le même site, le suivi du plan chablis après la tempête Klaus a permis de caler les enveloppes financières, d’accélérer la vitesse du nettoyage et d’accompagner le reboisement. Plus de 50 opérateurs y collaborent et l’État a accepté d’échanger des informations. Idem sur l’occupation des sols avec l’observatoire Nafu sur les espaces Naturels agricoles forestiers et urbains. L’échange d’informations a aussi aidé aux opérations de regroupement des petites propriétés dans les Landes. »

La forêt au cœur du débat

Forexpo 2016 sera le point culminant d’une semaine mondiale de la forêt cultivée. Elle aura commencé à Biarritz, les 13 et 14 juin, avec la 2e Conférence internationale sur les forêts cultivées, organisée par l’Iufro (International union of forest research organizations) marquée par un séminaire scientifique international sur le thème : « L’intensification durable des forêts cultivées : où sont les limites ? ». Le site de Forexpo accueillera aussi l’assemblée générale de la fédération nationale Fransylva Forestiers privés de France ainsi que celle de la DFCI Aquitaine. L’assemblée générale d’Alliance forêts bois aura lieu à Mimizan et le Congrès des experts forestiers à Dax. Invités par Forexpo, plus d’une dizaine de présidents des organisations européennes d’ETF (entrepreneurs de travaux forestiers) visiteront la manifestation.