A la découverte du plaquage sans joint avec Biesse et Rehau

Le 11 mai 2017

C’est à une journée autour du thème du plaquage sans joint que Biesse France avait convié un certain nombre de ses clients en provenance de la France entière. L’événement, qui s’est déroulé le 7 avril au sein de son show-room de Brignais (69), était organisé en partenariat avec le spécialiste en bandes de chants Rehau. Une occasion pour les agenceurs participants de découvrir dans des conditions privilégiées les subtilités de la technique AirForce développée par le constructeur italien.

Cette journée se caractérisait par son principe dit «One to one» : en d’autres termes, cela consiste pour le constructeur de matériel à convier des clients et prospects ciblés afin de leur présenter, dans les meilleures conditions possibles, tel procédé technologique innovant. Elle était notamment animée par Lionel Chatain, responsable plaquage de chants chez Biesse, ainsi que par des représentants de l’entreprise Rehau, concepteur de bandes de chants, et un représentant de la société Rieppe, développeur de systèmes nettoyants pour les plaqueuses de chants.

«La vocation de la société Rieppe est d’aider à sortir les panneaux sans résidu de colle», résume Nicolas Rivoire en prélude à son intervention. «Nous proposons une solution globale prenant en compte de nombreux paramètres comme l’encollage, l’usure des outils, ou encore l’état des brosses, le tout afin d’être en mesure de sortir des panneaux d’une qualité irréprochable.» L’entreprise développe notamment une unité de pulvérisation contrôlée électroniquement pour le travail sur plaqueuses de chants. «Notre prestation induit divers avantages», précise Nicolas Rivoire «parmi lesquels figurent une suppression du nettoyage manuel des pièces, une livraison des pièces sans retouche, la qualité de l’esthétique des pièces en sortie de machines, une durée de vie allongé des outils employés, ainsi qu’une réduction des temps d’arrêt de la machine».

«On ne parle plus de chants lasers, mais de chants sans joints», remarquait en préambule de son exposé Sandrine Sarrat-Behr, de l’entreprise Rehau. Celle-ci, fondée en Allemagne en 1948, propose actuellement plus de 1.700 coloris et décors en matière de bandes de chants. Sandrine Sarrat-Behr présentait à l’occasion de cette journée trois gammes de Rehau compatibles avec le principe de plaquage sans joint, dont en particulier la gamme Raukantex Pro, garantissant une couche fonctionnelle assortie au coloris, une bonne durabilité de l’aspect sans joint, ainsi qu’une résistance élevée à la chaleur et aux UV et une bonne tenue des chants. La bande de chants Raukantex Pro est constituée de deux couches, la couche inférieure ayant été développée dans un polymère spécifique avec d’excellentes capacités de fusion et de réaction chimique. «Le polymère pénètre dans la structure lacunaire du bois et se refroidit en se consolidant avec le bois», explique Sandrine Sarrat-Behr.

Une qualité optimale mais abordable

Un type de chants notamment adapté à la solution de plaquage Airforce System développée par Biesse, dispositif pour l’encollage du chante laser par air chaud comprimé. Lionel Chatain a rappelé en ouverture de son intervention les avantages majeurs de ce principe, à savoir, en plus d’une haute qualité du produit et d’une flexibilité complète dans le choix de machine le plus approprié, une qualité d’aspect maximale ainsi qu’une haute résistance à la chaleur et à l’humidité, et la possibilité de se dispenser de l’usage de colle et de liquides tels que l’anti-colle et l’antistatique.

«Les clients souhaitent plus de qualité sur le plaquage de chants», constate Lionel Chatain, «ce qui se traduit idéalement par un joint de colle invisible. En liaison avec des panneaux type High gloss ou super mat, On tend vers des produits de type laqué». Et des panneaux de meilleure qualité impliquent logiquement des technologies de plaquages optimisées, tout en restant abordables au demeurant : «L’artisan, aujourd’hui, aspire à la même qualité en termes de rendu esthétique que des gros industriels», souligne Lionel Chatain.

D’où l’idée de la technique de plaquage par air chaud, garantissant un rendu équivalent à un plaquage laser, le tout à un coût moindre. «Cette technologie est proposée chez Biesse de la plaqueuse pour la TPE jusqu’à la plaqueuse industrielle», précise-t-il. «Outre un investissement moindre que le plaquage laser, l’Airforce System est très simple d’utilisation et ne requiert que peu de maintenance». Selon ce procédé, la bande de chants spécifique peut être chauffée jusqu’à une température de 500 à 600 °C (fonction du type de chant et de la vitesse d’avance de la plaqueuse), l’air chaud comprimé faisant fondre la couche fonctionnelle, afin d’obtenir un joint invisible. «Précisons que cette technologie exige un type de chants spécifique», précise Lionel Chatain, «à savoir un chant 100% polymère (0,2 mm de couche fonctionnelle en polypropylène) ou un chant avec une enduction de colle polyoléfine réactive au system Air Force».
«Il est nécessaire de régler le débit d’air en fonction de l’épaisseur et de la hauteur du type de chant utilisé, et trois débits d’air distincts sont pilotés depuis le pupitre de la plaqueuse de chants. C’est ainsi qu’une température de 350 °C est requise pour le chant co-extrudé, et de 250 °C pour le chant pré-encollé (pour une machine avec une vitesse d’avance de 18 m/mn). Le piston, en outre, ouvre dans la buse un passage à l’air plus ou moins important en fonction de la hauteur du chant», explique Lionel Chatain.

«On distingue deux type de technologies en fonction des plaqueuses : sur la gamme Akron de Biesse, on applique la technologie Step 1, car la vitesse varie entre 12 et 18 mètres par minute, la technologie Step 2 étant compatible avec notre gamme Stream, pour une vitesse maximale pouvant atteindre les 30 mètres par minute. Quant à la montée en température, elle est de 5 minutes sur la gamme Akron, et de 60 secondes sur la gamme Stream.»

«Le système à air chaud de conception et fabrication Biesse vient s’intégrer directement dans la machine, les zones d’encollage ont été retravaillées, mais, avec ou sans, la longueur de la machine ne varie pas. Lionel Chatain souligne également la flexibilité de ce système, garantissant la possibilité de passer d’un produit à un autre en très peu de temps ou d’un type de collage (EVA par exemple) à l’Air Force. Il ajoute, en matière de préconisation, «la nécessité d’un réglage numérique avec moteur d’axes CN sur le racleur de chants, afin de positionner au 10e de mm près le couteau, ainsi que la nécessité d’être vigilant sur la qualité d’affûtage des outils de calibrage». Pour rappel, le premier modèle de plaqueuse Biesse comportant l’Airforce System a été installé en France en 2014, et l’on compte aujourd’hui plus de 40 agenceurs ou industriels français y ayant recours.

Stéphane Jardin